Au Bénin, l’incendie du marché artisanal d’Abomey

Le Marché Artisanal d'Abomey en février 2017

Sharing is caring!

Dans la nuit du lundi 28 au mardi 29 août 2017, un incendie a ravagé le marché artisanal d’Abomey. Ce sont 13 stands d’artisans installés sur le site du Musée historique d’Abomey, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, qui sont partis en fumée. Que retenir de cet incendie ?

Petit rappel historique sur les incendies sur le site historique d’Abomey

C’est la quatrième fois qu’un incendie se déclare sur le site historique d’Abomey. En effet, en 2009, 2012 et 2013 des incendies ont été enregistrés. Le dernier en date s’est tenu dans la nuit du lundi 28 au mardi 29 août 2017 et a ravagé le Marché Artisanal d’Abomey. Ce marché abritait 13 stands aménagés où les touristes pouvaient se procurer des objets d’art et d’artisanat locaux. Lors de mon séjour à Abomey, en février 2017, j’ai pu visiter ces stands que vous pourrez apprécier en cliquant ici.

La cause de l’incendie n’est pas encore connue.  Mais pour l’heure ce drame interpelle les autorités sur la question de la réhabilitation et de la modernisation de ce patrimoine culturel.

Ce que les médias disent…

Marie-Cécile Zinsou connue pour son engagement dans la promotion, protection et conservation du patrimoine béninois s’est exprimée. En effet, la Présidente de la Fondation Zinsou a communiqué des informations précieuses sur son compte Facebook. Elle nous donne ainsi un aperçu de la situation suite à cet incident. Il s’agit du :

  • Contenu de la déclaration d’Abomey relative à la gestion des risques pour le patrimoine mondial

Une rencontre de spécialistes béninois et africains s’est tenue aux Palais Royaux d’Abomey du 18 Mars au 11 Avril 2013. De cette échange a été établi une déclaration que vous pouvez consulter en cliquant ICI. Vous y trouverez des préconisations qui ont été faites par les spécialistes en vue d’éviter que ce genre de situation se reproduise.

  • Le site d’information BANOUTOU a réalisé une interview de Marie-Cécile Zinsou en vue de proposer des solutions pour prévenir ce genre de drame

Dans cette interview, l’état des lieux de la situation est fait et la question de la responsabilité de l’État dans la gestion et protection du patrimoine est amplement abordée.

Au niveau international, le journal Le Monde interroge, dans un article que vous pourrez lire ici,  sur la capacité du Gouvernement Béninois à conserver ses oeuvres et relance ainsi la question de la restitution des œuvres.

Mon petit avis sur la question

Cet incendie m’a rendu particulièrement triste car l’Afrique est riche. L’Afrique est riche de ses cultures et de son patrimoine. Je m’évertue toujours à dire que l’art et l’artisanat sont inscrits dans les cultures africaines. Le culte du beau a toujours existé à travers les parures, les coiffures, les scarifications, les objets du quotidien, certes fonctionnels, mais beaux. Voir partir en fumée des bouts de nos histoires communes fait toujours un petit pincement au cœur. En effet, plus que des objets, ce sont des traces d’un savoir faire qui s’envolent.

Par ailleurs, cela m’interroge aussi sur la volonté des individus à prendre conscience que notre patrimoine nous appartient. Mon séjour au Bénin m’a beaucoup ému. J’ai pu constater que le patrimoine traditionnel était partie prenante de la vie quotidienne. En Côte d’Ivoire, je devrais pleurer tous les jours tant tout a été minutieusement effacé… par les ivoiriens, eux-mêmes. L’Art, l’Artisanat et la Culture, pour moi, ne sont plus une responsabilité de l’État. Nous avons trop attendu l’État. Aujourd’hui, je souhaite vraiment que le Privé s’intéresse à cette question. Que les initiatives soient de moins en moins isolées et que chacun, à son petit niveau, agisse.

Enfin, je vous invite à voyager à travers le continent. Allez découvrir ces merveilles dont regorgent nos pays avant qu’elles ne disparaissent de la surface terrestre. Il n’y a rien de plus beau que l’expérience et le voyage est la meilleure façon d’en apprendre plus sur le patrimoine et la richesse du continent.

Pour en savoir plus sur le Bénin : 

Sharing is caring!

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *