A Abidjan, l’artiste ivoirien Ernest Dükü nous offre sa première exposition solo sur le continent africain

  • IMG_0563

    MasKArade @ ANANZE Explorer de Ernest Dükü jusqu'au 12 mai 2018 à la LSGG

  • IMG_0551

    MasKArade @ ANANZE Explorer de Ernest Dükü jusqu'au 12 mai 2018 à la LSGG

  • IMG_0557

    MasKArade @ ANANZE Explorer de Ernest Dükü jusqu'au 12 mai 2018 à la LSGG

Sharing is caring!

Ernest Dükü compte parmi les artistes ivoiriens les plus connus à l’international. En effet, avec plus de 50 expositions à son actif à travers le monde, il est l’un des artistes plasticiens ivoiriens les plus prolifiques de sa génération. La LouiSimone Guirandou Gallery accueille, du 8 mars au 12 mai 2018, MasKArade @ ANANZE Explorer, première exposition individuelle de Ernest Dükü.

MasKArade @ ANANZE Explorer de Ernest Dükü jusqu’au 12 mai 2018 à la LSGG

La signature d’Ernest Dükü : la peinture sculptée

Ernest Dükü se distingue de ses contemporains par sa signature, qu’il qualifie de « peinture sculptée ».

Son travail est à cheval entre la peinture et le dessin, Ernest Dükü nous emmène dans un univers plein de symboles. Entre mythologie africaine, symboles Akan, Egypte antique, idéogramme, notion d’harmonie, symbolique religieuse… l’artiste nous invite à découvrir ou redécouvrir notre identité, notre mémoire, notre relation au monde moderne et à la religion à travers une lecture touchant tantôt notre inconscient collectif et tantôt notre subconscient individuel. Nous devons puiser au fond de nous pour trouver notre lecture (ou nos lectures) de son œuvre en vue de réaliser cette introspection.

Ernest Dükü et MasKArade @ ANANZE Explorer

Intitulée MasKArade @ ANANZE Explorer, la première exposition individuelle d’Ernest Dükü met à l’honneur Kacou Ananze, l’araignée. Un personnage avare, égoïste, craint des autres animaux, qui prend successivement l’aspect des animaux les plus divers et jouit d’un anthropomorphisme lui permettant de multiples apparences humaines. Kacou Anazé l’araignée est à l’origine de nombreux contes du pays Agni en Côte d’Ivoire. Ses qualités en font un être d’exception qui n’est cependant pas toujours à l’abri de déconvenues. Certaines de ses aventures ont été rassemblées dans Le Pagne Noir, recueil de seize contes africains de Bernard Dadié.

Mais de façon beaucoup plus large, l’exposition se base sur une compréhension / interprétation / découverte plus approfondie du jeu de l’Awalé. Ce jeu de société combinatoire abstrait, créé en Afrique, appartient à la grande famille des jeux de semailles africains. Ces jeux au mécanisme très particulier et sans hasard ne peuvent s’apparenter au Senet égyptien qui, lui, est un jeu de parcours (avec des dés) et à une stratégie très différente. Bien que les égyptologues n’aient jamais rencontré un jeu comparable à l’Awalé parmi les jeux de l’Égypte antique, on sait que les premiers tabliers d’Awalé sont apparus en Éthiopie et semblent remonter au VIIIème siècle. L’Awalé se retrouve dans toute l’Afrique et a été propagé à partir du IXème siècle au Moyen Orient, en Inde, en Asie et jusqu’en Chine. La forme que nous connaissons de l’Awalé, typique de l’Afrique de l’Ouest, est celle qui a été transportée durant l’esclavage. On retrouve ainsi les traces de ce jeu en Amérique Latine, particulièrement aux Caraïbes.

Pour Ernest Dükü, l’Awalé est assimilé à un jeu de la vie. En effet, l’Awalé est ici un mythe, une sorte de jeu ancestral. On est donc invité à sortir de l’Awalé pour aller plus loin, l’idée étant de se baser sur ce mythe pour créer une utopie. On nous invite à nous demander : « Que se passe-t-il derrière ce jeu ? » Nous devons porter un autre regard sur l’objet et ce qu’il a à nous apporter en terme de lecture de la complexité du monde.

A travers ce personnage de Kacou Ananze l’araignée et de ce jeu de société (ou encore par le biais des clins d’œil à Christian Lattier et Bruly Bouabré et leurs symboliques),  Ernest Dükü nous invite à embrasser un nouveau regard sur la multitude du monde qui nous entoure.

Pour en savoir plus, rendez-vous à la LouiSimone Guirandou Gallery à Abidjan en Côte d’Ivoire pour découvrir MasKArade @ ANANZE Explorer jusqu’au 12 mai 2018.

 

En savoir plus, en français : 

En savoir plus, en anglais :

Sharing is caring!

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *