Le commerce équitable non assistant, un concept gagnant au Kenya !

Ocean Sole - Commerce Equitable non assistant

Sharing is caring!

Lors d’un récent séjour au Kenya, j’ai eu la possibilité d’orienter mes visites dans le domaine de l’artisanat et j’ai eu le plaisir de découvrir le commerce équitable non assistant.

Le « commerce équitable » est fondé sur l’idée que « quiconque travaille a droit à une rémunération équitable lui assurant, ainsi qu’à sa famille, une existence conforme à la dignité humaine. » Au Kenya, certaines structures ont poussé ce concept encore plus loin en offrant de l’autonomie aux artisans. Cela leur permet d’éviter de tomber dans l’assistanat pur et simple. Découvrons ces entreprises, collectifs ou associations.

Marque Kazuri – Commerce Equitable non assistant

Quelques exemples du commerce équitable non assistant

Ocean Sole – Commerce Equitable non assistant

Aux alentours de Nairobi, à Karen, on peut voir la structure Ocean Sole. Cette structure réalise des sculptures avec des tongs recyclées. Les grands axes d’actions sont :

  • Prévention de la pollution sur terre et sur mer
  • Création d’emploi pour une centaine de personnes
  • Réduction de la déforestation car la plupart des artisans sont des sculpteurs de bois reconvertis en sculpteurs de matières plastiques.

 

 

Marque Kazuri – Commerce Equitable non assistant

Dans la même zone, on trouve les ateliers Kazuri. Ils ont été ouverts en 1975 avec pour objectif d’offrir du travail aux femmes isolées et démunies. Spécialisée dans la réalisation de bijoux céramique faits main, cette structure compte plus d’une centaine de femmes. Chacune dispose d’un emploi, de formations à un métier et d’un accompagnement visant à leur autonomie.

 

 

Imani Collective – Commerce Equitable non assistant

Enfin au niveau de la côte, on peut citer Imani Collective. La cinquantaine d’hommes et de femmes qui forment ce collectif sont répartis entre le village de Mtepeni et la ville de Mombasa. Ils réalisent des produits d’artisanat tissés et cousus à la main. L’argent récolté par les ventes permet d’offrir un salaire décent aux membres du collectif. Parallèlement, il sert à développer une prise de conscience sociale en incitant des particuliers à apporter leur soutien financier pour permettre de former plusieurs femmes et d’améliorer le programme de prise en charge des enfants et notamment pour scolariser plus d’enfants des membres.

 

 

Le commerce équitable non assistant : une solution gagnante ?

Ce qu’il faut remarquer, c’est que le point de départ de ces différents projets a été principalement l’autonomisation des femmes isolées et en difficulté.

Ces femmes sont plus battantes car elles ont souvent un enfant à charge. Elles s’impliquent vraiment dans ces projets, perçus comme une seconde chance, pour améliorer leurs conditions de vie. On peut donc dire que le Commerce Equitable Non Assistant est une solution gagnante pour :

  • Autonomiser les femmes mais aussi plus largement les personnes en difficulté, pour leur permettre d’acquérir une formation et d’apprendre un métier, pour les sortir du chômage.
  • Sensibiliser les populations à des thématiques sociales locales et internationales.
  • Valoriser l’artisanat « Made in Kenya ».

 

En savoir plus sur l’artisanat au Kenya

Sharing is caring!

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *